BILAN DES ACTIVITÉS 2020

Die deutsche Fassung dieses Beitrags (Rückblick auf das Jahr 2020) finden Sie in unserem INFO-Heft 1-2021 auf Seite 2-5 sowie hier

Administration de Niños de la Tierra

Après la démission de Kim Nommesch en janvier et la démission de Michel Schaack (qui reste collaborateur bénévole) en juin ainsi que l’année sabbatique demandée par Gaby Stoos, le conseil d’administration se compose de 12 membres  à l’issue de l’assemblée générale annuelle le 25 juin 2020. Ceux-ci se sont consultés lors de 12 réunions mensuelles, ainsi que lors de la journée de réflexion le 29 février 2020, sur l’avenir de notre ONG, sur nos projets et la coopération avec nos partenaires. En raison de la pandémie, l’assemblée générale et 6 réunions mensuelles devaient être organisées par visioconférence. Les groupes de travail pour les projets, les relations publiques, le bénévolat et la comptabilité se sont réunis 6 fois au total, dont 4 par le biais d’une conférence visuelle.

Carmen Albers est toujours employée indépendante de notre ONG en charge de l’élaboration des projets. A partir du 1er octobre, Patricia Garcia sera assistante indépendante au secrétariat.

Conseil d’administration

Après l’assemblée générale notre conseil d’administration se composait comme suit :

Jean-Paul Hammerel (Fenningen), Marco Hoffmann (Consdorf), Julie Kipgen (Bettemburg), Marie-José Kohn-Goedert et Marcel Kohn (Bettemburg), Rose Ludwig-Bohler et Georges Ludwig (Bettemburg), Fernande Schaack-Rasquin (Crauthem) , Axel Schneidenbach (Düdelingen), Yvette Schweich-Lux et Claude Schweich (Bettemburg), Gaby Wewer (Bettemburg)

Collaborateurs/trices: Michel Schaack (Crauthem) et Claire Zimmer (Luxembourg)

Selon les statuts de notre ONG, les postes au Conseil d’Administration ont été distribués lors de la première session après l’Assemblée Générale:

Président: Marco Hoffmann;

Vice-président: Julie Kipgen;

Trésorier: Jean-Paul Hammerel;

Trésorier adjoint: Georges Ludwig;

Secrétaire: Rose Ludwig-Bohler;

Secrétaire adjoint: Julie Kipgen.

Présidents d’honneur: Michel Schaack et Claude Schweich

Relations publiques

Notre newsletter INFO paraît quatre fois par an avec un tirage de 1 300 exemplaires. Envoyé par courrier / email, il nous permet de tenir nos sympathisants informés de nos projets et de transmettre des nouvelles importantes sur nos pays cibles la Bolivie, le Chili et le Pérou. Notre page d’accueil www.niti.lu est coordonnée par Marcel Kohn. En plus de toutes les informations importantes sur notre ONG, vous pouvez également accéder aux éditions PDF de nos newsletters INFO. Nous sommes également représentés sur Facebook: Julie Kipgen gère notre page «Niños de la Tierra Asbl».

Remise de chèque en public

• sous la verrière des Hauts Fourneaux Esch-Alzette: Südstroum „Escher Kulturlaf“ (13.10.)

Présence de membres de Niños de la Tierra

Au cours de l’année 2020, notre organisation était représentée aux événements suivants:

• Réunion d’Information du MAE et du Cercle des ONG „Charte contre les abus et les harcèlements sexuels“ (14.01.)

• Session académique de la section Amiperas à l’occasion du “50ème anniversaire de la section Amiperas Bettembourg” (15.02.)

• Stand à l’accueil des nouveaux habitants de notre commune (02.03.)

• Bazar des «Fraen a Mammen Réiserbann» (08.03.)

• Réunion de “Beetebuerg hëlleft” par visioconférence (07.05.)

• Assemblée générale de “Beetebuerg hëlleft” par visioconférence (27.05.)

• Assemblée générale de Cristo Vive Europa par vidéoconférence (13.06.)

• Assemblée générale du Cercle des ONG par vidéoconférence (29.06.)

• Rencontre avec Bernard Christophe (concernant les Indiens Kolla, Argentine) (22.08.)

• Rencontre avec des représentants de l’ONG «OGBL solidarité syndicale» (22.09.)

• Réunion de «Beetebuerg hëlleft» (30.09.)

Partenaires en visite 

• Nous avons rencontré Diane Catani, fondatrice et responsable du projet «Teatrobus» à Santiago du Chili, le 9 janvier, elle a apporté des nouvelles de son projet. Le 24 janvier, Diane a tenu une conférence au Beetebuerger Jugendhaus sur le thème «Le Chili en feu». Le 14 octobre, Diane nous a de nouveau rendu compte de son projet au “Gréngen Haus”.

• En raison de la pandémie, la visite de Karoline Mayer prévue pour juin a été annulée.

Nos bénévoles 2019/2020

Le 12 août 2019, Alissa Franz est partie pour la Bolivie pour travailler à Tirani dans l’un de nos projets cofinancés. En raison de la pandémie, elle a dû interrompre son année de bénévolat et revenir au Luxembourg fin mars. Le 10 juillet, elle a rendu compte au Conseil d’Administration de son bénévolat en Bolivie.

Distinctions pour nos partenaires

Martha Ruiz de notre organisation partenaire CONTEXTO à Potosi a participé aux récentes élections en Bolivie et a été élue «diputada supraestatal».

Nos projets cofinancés 2020

  • «Renforcer le développement intégral des enfants et des jeunes à l’école Nuevo Amanecer» à Korihuma (Bolivie) avec notre organisation partenaire ANAWIN (2017-2020)
  • «Amélioration et consolidation de la sécurité alimentaire» sur les hauts plateaux autour de Montecillo et Chapisirca (municipalité de Tiquipaya) dans le département de Cochabamba en Bolivie, organisation partenaire ANAWIN (2020-2022)
  • Tirani3 «Amélioration des conditions de vie» (Buen Vivir) dans les communautés de Tirani, Taquiña Chica et Andrada (Bolivie) avec notre organisation partenaire FCVB (2019-2021)
  • Trabajo digno II, droit au travail décent et à la sécurité sociale pour les personnes défavorisées à Cochabamba (Bolivie): un projet en collaboration avec OGBL Solidarité Syndicale. Organisation partenaire: KALLPA par Martine Greischer (2019-2021)
Projet non cofinancé
Extension de la structure organisationnelle et amélioration des conditions de vie de trois communautés mapuche de la commune de Lautaro (Chili) (2020-2022), en collaboration avec “Beetebuerg hëlleft” Organisation partenaire: FUNDECAM
 
Sans cofinancement public, nous soutenons également:
  • l’école d’art et de musique EPA à Viña del Mar (Chili)
  • le projet «Teatrobus» de Diane Catani à Santiago du Chili
  • le foyer pour enfants «Hogar Esperanza» à Santiago du Chili
  • l’école mapuche «Kinderhort Pewma Rayen» par Fundecam près de Temuco (Chili)
  • le centre pour femmes Sonqo Wasi à Cusco (Pérou) avec «Beetebuerg hëlleft»: aide psychologique, juridique, médicale et sociale pour les femmes et les enfants victimes de violence domestique

Il convient également de mentionner le succès de notre appel aux dons «Aide COVID-19» pour soutenir les plus démunis et les plus vulnérables au Chili, en Bolivie et au Pérou pendant la pandémie.

Encore une fois, un grand merci à nos fidèles donateurs pour leur compassion et leur engagement en 2020.

Rose Ludwig-Bohler, secrétaire, février 2021

 

8 mars: Journée Internationale des Droits des Femmes

Die deutsche Version dieses Artikels finden Sie in INFO 1-21 auf Seite 1 und 6

DROITS DES FEMMES ET VIOLENCE CONTRE LES FEMMES AU TEMPS DU CORONA

Une contribution de la FUNDACIÓN CRISTO VIVE PERÚ

La Journée internationale de la femme a été proclamée le 8 mars 1910 pour commémorer la mort de 129 travailleuses dans une entreprise textile aux États-Unis (1908) et est célébrée chaque année le 8 mars. Depuis lors, les femmes combattantes pour les droits des femmes se sont multipliées dans de nombreuses régions du monde ainsi qu’au Pérou. En 1979, la “Convention CEDEF des Nations Unies sur les femmes” (avec 189 pays participants) a déclaré que l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes dans les secteurs public et privé était son objectif. Un autre jalon historique a été la Conférence Mondiale de 1995 à Pékin, qui a abouti à une déclaration accompagnée du plan d’action, qui met l’accent sur la prévention et l’élimination de toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles.

Au Pérou, après de nombreuses revendications et de protestations, une loi a été adoptée en 1908 qui a donné aux femmes l’accès à l’enseignement universitaire: une réussite pour le droit à l’enseignement supérieur. En 1955, une autre loi a été adoptée donnant le droit de vote aux femmes et en 1956, la première femme sénateur du pays a été élue. Le féminicide a été introduit dans le Code Pénal en 2011 et, enfin, une loi sur la prévention, la punition et l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des autres membres de la famille a été adoptée en novembre 2015. En théorie, ces progrès juridiques sont d’une grande importance pour les droits fondamentaux des femmes au Pérou, mais dans la pratique, ces lois échouent en raison de la lenteur et de la bureaucratie de notre système judiciaire. En outre, il y a un manque d’engagement sérieux et de volonté politique de la part des autorités.

Malgré tout, le Pérou a toujours des niveaux élevés de violence touchant des milliers de femmes. Compte tenu de la corruption profondément enracinée et du machisme omniprésent dans tous les domaines de la société péruvienne, il semble presque impossible d’atteindre les 17 objectifs mondiaux de développement durable de l’Agenda 2030 (ODD). L’objectif 5, par exemple, appelle à l’égalité entre les hommes et les femmes. Toutes les filles et les femmes du monde devraient être fortifiées, toutes les formes de violence contre les femmes, tant dans le secteur public que privé, devraient être éliminées.

En ces temps Corona 2020/21, il existe des sanctions sévères et de nombreux contrôles policiers et militaires couvre-feu émis par l’État péruvien;. Cette situation d ‘«immobilisation sociale» pendant le Lockdown a conduit à une augmentation de la violence dans de nombreux ménages. On estime que 7 à 8 femmes sur 10 ont accepté de vivre avec leur agresseur, simplement parce qu’elles sont incapables de quitter leur domicile.

Malheureusement, les instances gouvernementales qui devraient s’occuper des droits des femmes, comme le Ministère des Affaires Féminines et la Justice, ont interrompu ou ont considérablement réduit leurs services ou sont passées au travail numérique. Ils laissent tant de femmes impuissantes dans cette autre « pandémie sociale de violence ». À la fin de 2020, les statistiques officielles du Ministère de la Femme du Pérou faisaient état de 114 495 cas de violence à l’égard des femmes, dont 131 étaient des féminicides et 335 des cas dans lesquels les femmes venaient d’échapper à la mort. En conséquence, il y a 8 335 cas dans la région de Cusco (6 décès et 11 femmes qui ont échappé à la mort). En outre, plus de 3 000 cas de femmes disparues ont été signalés. Le Lockdown a finalement abouti à ce que des milliers de femmes violées ne fassent pas de rapport et n’apparaissent pas dans les statistiques officielles.

La Fundación Cristo Vive Pérou (FCVP) est une organisation sociale de Cusco qui a été fondée le 8 mars 2004 – en l’honneur de la Journée internationale de la femme. Depuis 2009, nous soutenons les femmes et les familles victimes d’actes de violence et de tentatives de féminicide avec le programme «Sonqo Wasi». Dans le Centre d’Accueil pour femmes Sonqo Wasi, les femmes et leurs enfants qui sont exposés à des violences extrêmes ou à une tentative de féminicide sont temporairement hébergés. Ils sont protégés et soutenus par une aide globale et multidisciplinaire dans les domaines de la santé, de la psychologie, de la défense juridique, de l’éducation et de diverses formations. En moyenne, 40 à 45 femmes et 80 à 90 enfants de moins de 14 ans sont pris en charge à la « Maison du Cœur » chaque année. De 2009 à aujourd’hui, 510 femmes et 960 enfants ont été admis. Jusqu’à présent, nous avons libéré plus de 1 400 personnes du joug de la violence. En outre, il existe un service ambulatoire pour les femmes qui ont besoin d’une aide psychologique ou d’une défense juridique pour résoudre leurs problèmes liés à la violence domestique. Environ 800 à 1 000 personnes par an reçoivent en moyenne entre 7 et 12 séances de conseil. Ce service est également fréquenté par des hommes, qu’ils soient agresseurs ou non.

Toutes les activités sont menées en coordination avec les organismes publics et privés qui s’occupent également de ce problème social: divers ministères et autorités, la police, le secteur de la santé et d’autres organisations d’aide. Le travail de la Fondation est très apprécié par les agences gouvernementales susmentionnées car c’est la seule organisation à Cusco avec cette méthode de travail et cette méthodologie d’une approche holistique, intégrale et multidisciplinaire.

La crise de Corona a révélé des cas de corruption atroces qui ont plongé le Pérou dans une profonde crise sociale et politique. Les politiciens qui luttent pour le pouvoir et les fonctionnaires ayant un comportement contraire à l’éthique ont profité de la situation à leur avantage. Il y a des milliers de femmes qui n’ont pas trouvé le soutien de l’État face à cette dure réalité. Au-delà des sentiments d’impuissance et d’indignation, l’équipe de FCVP a toujours été à l’avant-garde au service de toute personne qui subit des violences ou des menaces de mort.

L’une des principales préoccupations au début de la pandémie corona était la possible infection dans le refuge pour femmes «Sonqo Wasi» ou parmi les employés. Face à la dure réalité, la fondation a introduit de nouveaux processus de travail avec des mesures préventives strictes afin d’éviter la contagion tant au niveau de l’équipe que des personnes soignées. Heureusement, les mères et les enfants du refuge n’ont pas été infectés. Grâce à l’amitié avec Niños de la Tierra du Luxembourg et à la solidarité de certaines personnes du Pérou, des actions humanitaires ont également été menées.

Les membres du FCVP, mais aussi toutes les femmes et tous les enfants qui ont reçu et continuent de recevoir de l’aide, apprécient beaucoup la solidarité des amis luxembourgeois (Niños de la Tierra et Beetebuerg Hëlleft). Grâce à la somme des forces réunies, il est possible de continuer à lutter pour les plus pauvres, les oubliés et les marginalisés au Pérou et dans d’autres régions du monde.

L’engagement du personnel du FCVP est un défi constant, mais c’est aussi un impératif éthique pour parvenir à une société avec une culture de paix et moins de violence.

Ana Maria Galiano Gutierrez FCVP

Traduction: Lukas Sydow

Édition du texte: Jean-Paul Hammerel

Photos: FCVP

Neues von unserem Projekt mit ANAWIN in Chapisirca

Ende Januar erreichte uns eine Nachricht unserer Partnerorganisation ANAWIN zu unserem gemeinsamen Projekt “Nahrungssicherheit und integrale Erziehung im Hochland um Chapisirca und Montecillo”:

“In diesen Tagen haben wir die Ställe in den 28 Viehmastmodulen in Chapisirca eingeweiht, einschließlich der Ausrüstung im Futterzentrum mit einer Mühle und einer Ballenpresse.

Obwohl wir uns in der 2. Welle von COVID-19 befinden, werden die Aktivitäten in Montecillo und Chapisirca normal durchgeführt.

Mit unseren besten Wünschen für eine gute Gesundheit senden wir Ihnen eine große Umarmung sowie ein Video zum Thema hier auf der Facebook-Seite von Niños de la Tierra.”

Rodrigo Aramayo Mercado, Geschäftsführer von ANAWIN, Cochabamba

Aktuelles von unserem MAPUCHE-Projekt in Temuco/Chile

ORGANISATORISCHE STÄRKUNG UND VERBESSERUNG DER LEBENSBEDINGUNGEN INDIGENER GEMEINSCHAFTEN IN DER GEMEINDE LAUTARO

1.- COVID 19

Das Land und die Region Araucanía haben einen erheblichen Rückschlag bei der Bekämpfung der Epidemie erlitten. Die Ansteckungen sind beinahe so hoch wie vor 6 Monaten und zwingen die Regierung, Entscheidungen zu treffen, die wiederum Einschränkungen bedeuten werden.

Ein hoher Prozentsatz der Gemeinden des Landes wird ab Donnerstag, dem 14. Januar, unter Quarantäne gestellt, einschließlich Temuco. Etwa 8 Millionen Einwohner werden wieder in ihren Häusern isoliert bleiben. In Chile gab es bereits zwei neue Coronavirus-Stämme, die durch die Illusion einer schnellen Impfung verdeckt wurden. Es wird mindestens 6 Monate dauern, bis der erforderliche Prozentsatz der Bevölkerung geimpft ist, um gute Ergebnisse zu erwarten.

In Temuco mussten – aufgrund mangelnder finanzieller öffentlicher Unterstützung – die Minderbemittelten, trotz angedrohter hoher Haftstrafen, auf der Suche nach wirtschaftlichem Lebensunterhalt auf den Straßen mit ihrem Kleinhandel weitermachen, was zu einer hohen Viruszirkulation führt. Hygienekontrollen sind sehr selten und haben es nicht geschafft, die Ausbreitung von Infektionen zu stoppen.

2.- Situation in Temucuicui

In der Region La Araucanía, insbesondere in der Gemeinde Ercilla, die als Zentrum des Konflikts “Der chilenische Staat gegen die Mapuche-Organisationen” bezeichnet wird, ist eine Situation eingetreten, die im ganzen Land hohe Wellen geschlagen hat.

In den letzten Tagen überfiel ein Kontingent der chilenischen Ermittlungspolizei, bestehend aus 850 Mann, die von Fahrzeugen, Hubschraubern, Drohnen und Kriegswaffen unterstützt wurden, die indigene Gemeinschaft von Temucuicui. Diese ungewöhnliche Operation mit einem solchen Aufgebot wurde offiziell gerechtfertigt, da sie einen Einsatz gegen den Drogenhandel darstelle.

In der Tat sollen 1.000 Marihuana-Pflanzen gefunden worden sein. Seltsam ist nur, dass die Aktion zur gleichen Zeit durchgeführt wurde, als ein Gericht in Angol die Verurteilung der Mörder von Camilo Catrillanca, einem Mitglied der Temucuicui-Gemeinschaft, verkünden sollte.

Eine weitere merkwürdige Tatsache ist, dass in Chile niemals ein Kontingent dieser Größe zur Kontrolle des Drogenhandels eingesetzt wurde, auch nicht in städtische Sektoren wie den Armenvierteln von Santiago, die als Verteilungszentren eingestuft sind.

Bei dieser ungewöhnlichen Operation starb ein Polizist, der von Kriegsgeschossen getroffen wurde. Der Ursprung der Schüsse, die seinen Tod verursachten, ist jedoch noch nicht bekannt, aber es wird gesagt, dass sie aus der Gemeinde stammen. Die Frage nach der Gültigkeit der offiziellen Informationen ist weiterhin offen, da die Razzia nur die Existenz dieser Marihuana-Pflanzen enthüllte und nichts anderes, was auf die Existenz einer “hohen Feuerkraft” hinweisen würde, wie die Behörden angegeben haben.

Bei dieser Polizeiaktion wurden Mutter, Frau und Tochter (7 Jahre alt) von Camilo Catrillanca verhaftet, weil sie sich der Razzia widersetzt hatten, d.h. für drei Mapuche-Generationen dieselbe Gewalt.

Zusammenfassend sind wir der Meinung, dass die exzessive Operation das Ziel hatte, die Mapuche-Gemeinschaften erneut einzuschüchtern und zu kriminalisieren.

(mehr zum Thema

3.- Das Projekt

In Bezug auf die Durchführung unseres Projekts können wir darauf hinweisen, dass die Kommunikation mit den Nutznießern des Projektes aufrechterhalten werden konnte. Die Quarantäne, von der die Gemeinde Lautaro noch immer betroffen ist, hat jedoch die Möglichkeit weiterer Fortschritte, insbesondere der geplanten Schulungstreffen, eingeschränkt.

Andrerseits kann das kleine Guthaben, das in den Rotations-Fond investiert werden soll, nicht verwendet werden, da aktuell in der Region schwerwiegende Mängel in Bezug auf den Nachschub von vielen Produkten gibt, die normalerweise von unseren Nutzern gekauft werden.

Sobald sich die beschriebene Situation normalisiert hat, werden wir die Ausführung des Fonds abschließen, sofern die hygienischen Bedingungen das Öffnen der Läden erlaubt.

Andererseits schätzen wir, dass die Möglichkeiten, die regelmäßigen Treffen abzuhalten und die für einen Zeitraum von mehr als einem Monat geplanten Support-Workshops zu entwickeln, erneut eingeschränkt werden.

Roberto Mansilla, Direktor von FUNDECAM, Temuco

Januar 2021

COVID-19 Hilfe von CONTEXTO

2. Phase

Das Ziel der zweiten Phase der COVID-19-Hilfe bestand darin, bedürftige Familien in El Alto, La Paz und Potosí mit Hygieneartikeln, Grundmedikamenten und Nahrungsmitteln zu versorgen, um so COVID-19 zu verhindern und die Lebensbedingungen dieser Familien zu verbessern.

In El Alto erhielten 22 der bedürftigsten Familien im Distrikt 12 Milch, Hafer, Quinoa, Sardinen, Getreide, Reis, Maisstärke, Gemüse und andere. Weitere 30 Familien wurden mit Körben mit diversen Lebensmitteln versorgt.

Im Hogar Arca Suiza in Palca leben seit Juni 2020, provisorisch für ein Jahr, 30 Familien mit niedrigem Einkommen, da aufgrund der ständigen Regenfälle ihre Häuser eingestürzt waren. Sie wurden ebenfalls mit einer Auswahl von Lebensmitteln und Hygieneartikeln unterstützt.

Ebenso wurden 22 Familien in Potosi mit Lebensmitteln, Hygieneartikeln und Medikamenten versorgt.

Als gemeinnützige Organisation ist CONTEXTO für die zweite COVID-19-Hilfe sehr dankbar, da diese Maßnahmen dazu beigetragen haben, die Lebensbedingungen von Familien in einer Situation sozialer Ausgrenzung zu verbessern. Diese Familien haben ein Einkommen von weniger als 1000 Bolivianos (120 Euro) pro Monat, die meisten Familien haben 2 bis 6 Kinder.

Die Hilfe trug auch zur Unterstützung der pädagogischen Hilfskräfte in den Institutionen von CONTEXTO bei.

Nachfolgend eine Fotoreportage zu der Aktion:

Rundumbetreuung der Kinder in den Tagesstätten

Auslieferung von Lebensmitteln und Medikamenten

Ausbildung in der Bäckerei und Einrichtung des Mikrounternehmens

Begegnung mit den Eltern

Weihnachtsfeier im Centro Infantil San Francisco

Le projet “Trabajo Digno” de l’association Kallpa à Cochabamba

Fin décembre, Martine Greischer, directrice du projet « Trabajo Digno » à Cochabamba nous a rendu attentif à un article paru dans le journal en ligne bolivien GUARDIANA https://guardiana.com.bo/iniciativas/empleo-digno/ sur le travail de son association Kallpa. Voici la traduction en français de cet article :

« Trabajo Digno » (travail décent) peut vous aider à trouver un emploi gratuitement. Trabajo Digno travaille depuis 2011 à Cochabamba dans le cadre de la Fondation Kallpa. Il soutient les personnes qui cherchent à avoir un revenu décent et ceci dans cinq domaines : recherche d’emploi, entreprises prospères, protection du travail, aide juridique et sécurité sociale. Elle a déjà accompagné 4 500 personnes dans ces cinq domaines et en a formé 21 000 en ateliers. Weiterlesen