MONTECILLO & CHAPISIRCA

B021 Sécurité alimentaire et éducation intégrale dans les hauts plateaux autour de Chapisirca et Montecillo
2020 – 2022
Partenaire: ANAWIN
Budget: 343 280.- € (sur 3 ans) cofinancé par l’Etat luxembourgeois
_________________________________________________________________________

Egalement le nouveau projet avec ANAWIN s’oriente sur 2 thèmes-clés de notre coopération au développement. Depuis 2007  Niños de la Tierra réalise – ensemble avec notre organisation partenaire ANAWIN – des projets avec les communautés autour de Cochabamba/Bolivie. Ceux-ci tournent autour des questions centrales de la “sécurité alimentaire et de l’agriculture écologique durable” d’une part et de “l’éducation intégrale et le soutien éducatif global” d’autre part.

À la suite de nos 2 projets précédents dans la région de Chapisirca (et plus tard aussi de Montecillo), l’évaluation bolivienne externe de fin 2018 a montré que la compétence et l’impact du projet étaient très élevés, mais aussi qu’un projet de suivi était nécessaire pour garantir la durabilité et l’efficacité de ce qui avait été réalisé. ANAWIN, les communautés affectées et Niños de la Tierra ont soumis cette troisième coopération à notre Ministère du Développement et on nous a promis un nouveau cofinancement par le gouvernement.

Le nouveau projet part de nouveau des deux points de base «agriculture écologique et élevage» dans 9 communautés, ainsi que «soutien socio-éducatif global» dans 8 écoles des hauts plateaux autour de Cochabamba. La coopération concerne au total 545 familles, 483 élèves et 36 enseignants.

La composante agricole

Afin d’assurer ou d’augmenter la sécurité alimentaire des communautés andines, la production alimentaire doit être améliorée en tenant compte des aspects durables et écologiques. En outre, un excédent de production doit être réalisé, ce qui assure un revenu garanti pour les communautés grâce à la commercialisation.

Les activités ciblées suivantes sont prévues:

  • Création et expansion de champs de légumes et de vergers, de serres pour la culture de légumes,
  • amélioration des sols par des engrais biologiques et du compost,
  • nouvelle création et amélioration des systèmes de micro-irrigation,
  • création de «syndicats de l’eau» locaux pour la gestion et la résolution des conflits,
  • expansion de l’élevage de truites dans les lagunes,
  • amélioration génétique des populations de moutons,
  • expansion les zones de culture pour l’alimentation du bétail avec des clôtures de protection des parcelles,
  • construction d’étables pour les moutons,
  • acquisition des connaissances de base en médecine vétérinaire,
  • amélioration de l’élevage des lamas,
  • introduction d’un élevage de vaches à Chapisirca.

En outre, deux foires agricoles locales seront organisées pour la commercialisation, un échange de connaissances et d’expériences avec d’autres communautés est organisé et de nouvelles techniques de production de chuño (pommes de terre sèches) sont en cours d’apprentissage.

Toutes ces activités ont comme dénominateur commun une composante de durabilité et de protection de l’environnement, impliquent délibérément surtout les femmes et sont de préférence menées dans les communautés les plus intéressées par le projet actuel ou les 6 années de projets précédents.

La composante éducative-écologique

L’expérience d’ANAWIN montre qu’en travaillant pour et avec les communautés andines, la participation des enfants et des jeunes ainsi que du personnel enseignant à un projet augmente considérablement sa probabilité de succès et d’acceptation dans l’ensemble de la communauté. Cela s’applique en particulier aux sujets “modernes” tels que “la durabilité, l’écologie, le développement personnel des jeunes, les nouvelles technologies et les valeurs”. La législation scolaire bolivienne étant en elle-même très «moderne» mais difficilement applicable pour le moment (pour des raisons techniques, financières et logistiques), un «accompagnement extra-scolaire» par le personnel spécialisé d’ANAWIN est une aubaine pour les écoles. De nombreux «sujets et cours secondaires» importants sont proposés aux jeunes et aux enseignants. À terme, cela permettra également à l’école centrale de Chapisirca (dans le cadre de notre projet) de mettre pleinement en œuvre le programme du «Bachilerato Technico Humanistico» (BTH).

Les activités suivantes sont également prévues dans le projet:

  • Agrandissement et construction de serres et potagers dans les écoles,
  • compostage et production d’engrais,
  • apprentissage des techniques de culture, des processus de récolte et d’irrigation des jardins scolaires,
  • systèmes hydroponiques pour la production de légumes en espace réduit,
  • création de systèmes de micro-irrigation et de stations de reproduction pour les arbres fruitiers et forestiers près de l’école,
  • cours en préparation et conservation des aliments, stratégies de vente,
  • organisation de deux foires gastronomiques locales par les classes finales du BTH,
  • actions environnementales par les élèves,
  • réunions conjointes et échange avec les parents sur tous les sujets environnementaux et nutritionnels que les élèves ont étudiés,
  • soutien intensif des enseignants pour l’élaboration des thèmes du projet.

Ce nouveau projet de trois ans (2020-2022) avec ANAWIN coûte 343 280.- euros, dont le Ministère luxembourgeois de la Coopération est responsable de 205 968.- euros.

Nous croyons fermement que notre confiance dans les communautés de Chapisirca et Montecillo et dans notre partenaire ANAWIN aura des retombées durables pour les habitants des hauts plateaux et qu’ils pourront au moins partiellement “mieux vivre”.

Jean-Paul Hammerel